Le goût du large de Nicolas Delesalle

1540-1

Résumé:

« Le temps : tout était là, dans ces cinq lettres, cette simple syllabe. J’allais soudain en être riche, ne plus courir après, le nez rivé sur l’ordinateur, le téléphone. Pendant neuf jours, j’allais devenir un milliardaire du temps, plonger mes mains dans des coffres bourrés de secondes, me parer de bijoux ciselés dans des minutes pures, vierges de tout objectif, de toute attente, de toute angoisse. J’allais me gaver d’heures vides, creuses, la grande bouffe, la vacance, entre ciel et mer. »

De l’inaccessible Tombouctou à la mélancolique Tallinn, entre une partie d’échecs fatale quelque part dans un hôtel russe et un barbecue incongru à Kaboul, des clameurs de la place Tahrir au fond d’un trou, dans l’Aveyron… C’est le roman d’une vie et de notre monde que raconte Nicolas Delesalle, le temps d’une croisière en cargo.

Ce que j’en ai pensé:

J’ai eu la chance de pouvoir découvrir ce livre avant qu’il ne sorte. Il sort aujourd’hui ce 6 janvier  et ce grâce à Livre de Poche. J’ai découvert par la même occasion l’auteur que je ne connaissais pas.

Le goût du large nous emmène à bord d’un cargo, le MSC Cordoba, un porte container  allemand.  L’auteur nous ouvre son carnet de bord qu’il a réalisé lors de son périple sur ce fameux cargo. Il nous fait voyager aux quatre coins du monde avec ses différents récits. On voyage du Golfe de Gascogne en passant par Gibraltar, les côtes tunisiennes, les îles du Péloponèse et tout ça dans le but d’arriver à destination qui n’est autre qu’Istambul.

A travers ce voyage, l’auteur se remémore des moments de sa vie passée liée à son passé en tant que grand reporter. Il revient notamment  là où il y a eu des conflits. On le retrouve notamment à Kaboul, au Niger, près de Millau mais aussi en Egypte, en Côte d’Ivoire et à Kobané.

J’ai littéralement voyagé avec ce roman, découvrant par la même occasion des endroits à travers les mots de l’auteur.  Un voyage qui mêle à la fois humour mais aussi humain. Ce voyage où le temps semble suspendu lui permet d’évoquer ses souvenirs de reporter avec des moments d’une grande force remplis d’espoir et de désespoir. J’ai beaucoup aimé comment le livre a été écrit sous forme de carnet de bord tout d’abord mais il m’a aussi fait pensé à un recueil de nouvelles et du coup les chapitres plutôt courts et s’enchaînent super bien.

En résumé une croisière certes sur un cargo mais qui est pour l’occasion pour le narrateur de profiter de son temps tout en découvrant le monde. C’est un livre que je vous conseille  j’ai découverts un auteur et je compte bien du coup lire son premier livre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s