Coco’s Book Club, la sélection de mars

Pour ce mois de mars je vous emmène en Asie pour la sélection du Coco’s Book Club. Après la Scandinavie en février, on continue le voyage. Voici les 4 livres que j’ai choisi pour ce mois ci. J’ai essayé de varier les genres pour que tout le monde y trouve son compte.Vous avez jusqu’au 1 mars pour venir voter sur la page facebook pour le livre de votre choix.

meurtres-a-pekin-578321-264-432 résumé: Pékin, ville baignée de tradition mais avide de modernité, une société qui se rue dans le capitalisme moderne mais profondément marquée par le système communiste. Le cadavre carbonisé d’un homme est découvert un matin dans le parce. Le même jour, deux autres corps sans vie sont trouvés à deux endroits différents de la ville. Pour seul indice, un mégot de cigarette à côté de chacun des trois corps, comme une signature. Margaret Campbell, médecin légiste aux Etats-Unis, spécialisée dans les brûlés, qui se trouve à Pékin pour une série de conférences, va se voir embarquée malgré elle dans l’enquête de Li Yan, fraîchement promu commissaire. L’Américaine rigoureuse et le policier chinois, ironique et énigmatique, choisissent deux approches totalement différentes d’un même objectif. Deux mondes s’affrontent, mais devant la complexité d’une affaire qui cache un secret monstrueux, les deux investigateurs vont devoir taire leurs oppositions et unir leurs talents pour découvrir la vérité, fût-ce au péril de leur vie. Car si les lieux sont exotiques et chargés de traditions, les dangers, eux, sont bien du XXIe siècle menace des OGM et remous dans les milieux politiques.

97828203281200-4029146  résumé: Kii se prend d’affection pour Hozuki, le mauvais garçon du lycée, en qui elle voit un hérisson sur la défensive. Une amitié se développe entre les deux jeunes, qui se transforme rapidement en amour pour Kii. Mais les sentiments de Hozuki n’évoluent pas de la même manière.

cvt_pivoine_3520 résumé: Pivoine, la petite esclave chinoise, est au centre de ce roman qui évoque avec un talent admirable la vie quotidienne d’une famille dans la Chine d’avant Mao. Pivoine possède toutes les qualités des grands livres de Pearl Buck et surtout cette chaleur humaine, cet amour de la vie, ce désir d’un monde meilleur, qui ont fait l’immense succès de la grande romancière américaine.

cvt_le-journal-de-mon-pere_8454 résumé: Moi qui n’étais pas revenu dans ma ville natale depuis plus de dix ans, je découvrais peu à peu de facettes de mon père qui m’étaient inconnues.

Je prenais conscience du fossé que j’avais creusé pour échapper à tout dialogue .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s