La cueilleuse de thé, Jeanne Marie Sauvage

004758722.jpg

Résumé:

A 20 ans, Shemlaheila travaille dans une plantation de thé au Sri Lanka, sous la direction de l’horrible contremaître Datu Guemi. Suite au décès de sa mère, la protégée du responsable de la plantation, la jeune femme décide de s’enfuir. Son projet ? Aller en Grande-Bretagne d’abord, pour apprendre à parler anglais et pouvoir revenir ensuite à la plantation comme vendeuse. Mais le chemin est rude pour parvenir à ses rêves…
Du Sri Lanka à Londres, à la découverte d’un pays complètement différent du sien, Shemla va découvrir une autre culture, d’autres personnes, et surtout d’autres envies. La cueilleuse de thé qu’elle a toujours été choisira-t-elle de revenir au pays, ou de se créer une nouvelle vie ?

Un ptit mot sur le livre:

C’est une nouvelle lecture dans le cadre des lectrices Charleston. C’est aussi le livre qui a remporté le prix romantique de cette année. Je comprends pourquoi il a été choisit. C’est un roman juste merveilleux.

J’avoue que j’ai eu un peu de mal à mettre dans l’histoire au début lorsque la scène se passe dans les plantations. Puis page après pages je me suis laissée transporté par la plume de l’auteur et j’avoue que ce roman est vraiment merveilleux. Un roman qui nous emmène des plantations en Inde à la City de Londres. On voyage vraiment dans ce roman, une réelle évasion.

Ce roman nous montre que la vie dans les plantations de thé n’est vraiment pas facile. Et moi, la grande buveuse de thé que je suis, j’avoue que je ne savais pas vraiment comment le thé se ramassait. Les cueilleuses de thé, leur vie est dédiée dès le plus jeune âge aux ramassages de ces feuilles qui partiront dans le monde entier. Ces femmes sont harassées par un sac qui s’alourdit d’heure en heure. Des journées plutôt longues pour toutes mais surtout pour un salaire de misère. Elles ont une grande peur: être bien trop belles pour le kangani, autrement dit le contremaître, qui a tous les droits… Shemlaheila est cueilleuse de thé dans une plantation du Sri Lanka, une vie qui est loin d’être facile. Elle ne veut plus de cette vie de labeur. La mort de sa maman,la maîtresse du Lokaa, le chef de l’exploitation et qui la protégeait. Elle sait que le kangani ne rêve que de profiter d’elle et bien sur ce n’est pas du tout ce que elle veut. C’est ce qui va la décider à changer. de vie. Elle veut apprendre l’anglais, s’émanciper, devenir vendeuse dans les boutiques de thé. Un jour, c’est à bord d’un cargo qu’elle rejoint l’Angleterre. Mais elle déchante rapidement et elle se rend compte que cela ne va pas être aussi simple que cela. Le port n’est pas trop accueillant, il fait gris. Mais Shemlaheila compte bien profiter de son visa de 6 mois. Certains lui tendent la main, d’autres profitent de son inexpérience et l’exploitent… Au fil des pages nous suivons le destin de Shemlaheila pour tenter de se construire une vie…

Tous les personnages ont un rôle important dans cette histoire, chacun apporte à l’histoire et ils sont tous très attachants. J’avoue le coup de cœur pour le personnage de Shemlaheila, qui bien plus d’une fois m’a émue. Son histoire, son parcours qui nous emmène des plantations en Inde à son arrivée à Londres et sa rencontre avec David. C’est une héroïne  volontaire, courageuse, un peu naïve et surtout très attachante. Elle quitte ses racines, ses habitudes, son pays pour accomplir son rêve. Tout m’a plus, son courage de partir, sa façon de s’adapter à Londres sans jamais rien dire. Sa rencontre avec Dudley est belle aussi. Et puis que dire de sa relation avec Twinny, on aurait dit une relation grand-mère/petite fille tant leur complicité est belle et comment Twinny l’a prise sous son aile. En parallèle on suit l’histoire de Pokonaruya et Mohanty, restées au pays, est tout aussi belle que celle de Shemlaheiha. Ces destins de femmes sont vraiment magnifiques et l’auteur les décrit tout en finesse avec une plume envoûtante. On peut se rendre compte que l’auteur s’es vraiment bien documenté.
Les personnages de Datu Guemi et de Georgia donnent un plus par rapport à leur caractère et de comment ils agissent. J’avoue que Georgia je l’ai détesté à sa façon de se comporter avec Shemla. J’aurais aimé que Shemla ait la force de l’envoyer pètre.

Et pour conclure: 
Ce livre est un coup de cœur, qui m’a mis les larmes aux yeux plus d’une fois. Ce roman est une invitation au voyage mais il nous montre également que le chemin n’est pas toujours facile pour arriver là où l’on veut être. Il nous emmène dans une quête de liberté.  L’histoire de Shmela est juste magnifique.  Ce roman est riche en émotions, il nous offre un beau destin de vie et le combat d’une femme.

lc-2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s