La dernière des Stanfield, Marc Lévy 

Résumé:

Ma vie a changé un matin alors que j’ouvrais mon courrier. Une lettre anonyme m’apprenait que ma mère avait commis un crime trente-cinq ans plus tôt. L’auteur de cette lettre me donnait rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore et m’ordonnait de ne parler de cette histoire à personne. J’avais enterré Maman à Londres au début du printemps ; l’été s’achevait et j’étais encore loin d’avoir fait mon deuil. Qu’auriez-vous fait à ma place ? Probablement la même erreur que moi. Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres. Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel. George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l’Est au Québec. Un matin, il reçoit une lettre anonyme accusant sa mère des mêmes faits. Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas. L’auteur des lettres leur donne à chacun rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore. Quel est le lien qui les unit ? Quel crime leurs mères ont-elles commis ? Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ? Au cœur d’un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée à l’été 44, à Baltimore dans la liberté des années 80, jusqu’à Londres et Montréal de nos jours.

Un ptit mot sur le livre:

Tout d’abord je remercie Caroline des éditions Robert Laffont pour l’envoi de ce livre. Une nouvelle fois j’ai été sous le charme de la plume de Marc Lévy. Une fois commencé il est difficile de le poser. Résultat en à peine 2 jours je refermais ce merveilleux roman. C’est une histoire complexe, secrète, pleine de non-dits et d’amour, de sacrifice à diverses époques et dans différents pays. J’adore les sagas familiales mais lorsque qu’elle croise plusieurs générations je suis plus que ravie.

Eleanor-Rigby, et Georges-Harrison ne se connaissent pas. Octobre 2016, Eleanor-Rigby journaliste au National Géographic vit à Londres. Eleonor-Rigby passe la plupart de son temps à voyager aux quatre coins de la planète pour son travail. Quand elle a du temps libre, elle le passe dans sa famille, auprès de son père Ray, de sa sœur cadette Maggie et de son frère jumeau Michel. Alors que sa mère est décédée depuis peu, elle reçoit une lettre anonyme affirmant que cette dernière aurait commis un délit il y a plus de 35 ans. Le corbeau lui propose d’en savoir plus et lui donne rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore aux Etats-Unis. De l’autre côté de l’Atlantique, Georges-Harrison, ébéniste résidant au Québec, reçoit lui aussi une lettre lui proposant d’enquêter sur le passer de sa mère et sur l’identité de son père.  Nos deux héros vont devoir fouiner dans les secrets de familles et les non-dits afin de découvrir la vérité sur le passé de leurs mères…

L’intrigue pleine de suspense nous emmène en France de 1944 sous l’occupation, à Baltimore des années 80 en passant par Londres et Montréal de nos jours. J’ai beaucoup aimé la manière dont l’auteur a forgé ses personnages pour te faire entrer dans l’histoire avec Eleanor-Rigby et Georges-Harisson, marquant l’époque 2016, et qui se rencontrent suite à des lettres anonymes les touchant tout au fond d’eux. Puis, s’alterne avec l’histoire de Sally-Ann et May des années 1980. Et enfin, l’époustouflante histoire de Hanna et Robert durant et après la 2éme guerre mondiale sous l’occupation nazie. J’aime tellement cette période de l’histoire que j’ai été ravie de la retrouver dans ce roman. Dans un style fluide l’auteur nous offre une belle saga familiale avec des personnages attachants, du rythme et des rebondissements. Les secrets de famille sont ici disséminés sur des générations et dévoilés doucement au lecteur au fur et à mesure des découvertes d’Eleanor-Rigby et Georges-Harrison, deux personnages très éloignés qui vont irrémédiablement finir par se rapprocher. Les personnages sont vraiment attachants et page après page on découvre le fil qui les unie. Un roman qui permet de comprendre que nous ne connaissons pas nos parents, que ceux-ci ont existé avant nous et en dehors de nous. Le suspense est entier jusqu’au dernier chapitre et quelle bonheur de partager l’histoire de ses personnages

Et pour conclure:

Marc Levy construit une intrigue passionnante autour d’un secret de famille insoupçonné. Pleine de suspense et de rebondissements, cette histoire offre des personnages attachants que l’on a plus envie de lâcher. Il jongle avec beaucoup de talent entre les points de vue mais aussi les époques. Ainsi, il nous emmène dans la France occupée de 1944 au Baltimore des années 1980 en passant par Londres et Montréal de nos jours. Une plume aussi captivante qu’envoûtante. Ce roman est un puzzle familiale captivant qui nous fait voyager par une multitude d’émotions une fois que vous commencez à le parcourir. Un livre qu’on regrette d’avoir fini.

Pour le commander: 

Publicités

4 réflexions sur “La dernière des Stanfield, Marc Lévy 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s