Quand on n’a que l’humour, Amélie Antoine

CVT_Quand-on-na-que-lhumour_671

Résumé:

C’est l’histoire d’un humoriste en pleine gloire, adulé de tous, mais qui pense ne pas le mériter.
Un homme que tout le monde envie et admire, mais que personne ne connaît vraiment.
Un homme blessé qui s’est accroché au rire comme on se cramponne à une bouée de sauvetage.
C’est aussi l’histoire d’un garçon qui aurait voulu un père plus présent.
Un garçon qui a grandi dans l’attente et l’incompréhension.
Un garçon qui a laissé la colère et le ressentiment le dévorer.
C’est une histoire de paillettes et de célébrité, mais, surtout, l’histoire d’un père et d’un fils à qui il aura fallu plus d’une vie pour se trouver.

Un ptit mot sur le livre:

Tout d’abord je remercie Léna des éditions Michel Lafon pour l’envoi de  ce roman. Je ne connaissais pas du tout l’auteur et j’avais hâte de la découvrir. Ce que je peux vous dire c’est que j’ai passé un très bon moment avec ce roman. Dès les premières phrases j’ai su que ce livre allait me toucher. Cette histoire m’a intrigué. Parce que non seulement elle qu’elle respire le réel…l’authentique. Mais aussi en l’espace de quelques mots , le lecteur comprend qu’il s’embarque pour un voyage un peu particulier : il part en quête, en quête de soi, en quête de l’autre.

C’est l’histoire d’un père et de son fils, l’histoire d’un humoriste de talent, reconnu du public, de la critique, de tous, sauf… de son fils. Et c’est bien là le problème. Il est au sommet de sa gloire lorsqu’il fait le Stade de France. C’est l’histoire d’Edouard Bresson qui se cache derrière son humour, derrière cette image qu’il donne à tous, mais qui protège en fait quelqu’un de seul, qui s’est accroché au rire telle une bouée de sauvetage. Edouard, personne ne le connaît en fait vraiment. C’est le moment pour lui de revenir sur sa carrière, sa vie, sa famille. Peut-être n’a-t-elle pas été si réussie qu’on peut le penser. La réussite professionnelle ne s’est-elle pas faite aux dépends de sa vie familiale ?Et puis il y a son fils, Arthur, un jeune homme qui attendait plus d’un père qui n’était pas autant présent qu’il aurait dû l’être.

Ce livre est bien plus qu’une histoire de vie. C’est une histoire de pardon, de culpabilité, d’échanges, de liens affectifs et de mort.Comme Arthur qui remonte la vie de son père par un jeu de piste que ce dernier lui a laissé, nous allons découvrir qui était vraiment Édouard petit à petit. Édouard était un petit garçon bègue, qui a souffert  de l’absence de son père mais aussi des moqueries de ses camarades face à son handicap.Il a bien du mal à trouver sa place. Mais il faut grandir et pour masquer ses peines et protéger son cœur, Édouard se réfugie dans l’humour. Il a un petit frère Jonathan, comme c’est l’aîné il doit le surveiller.Voir les éclats de rire de son petit frère Jonathan lui procure tellement de bonheur qu’il ne s’arrête plus. le voilà lancé, prêt à conquérir la scène et à faire rire le monde! Puis Edouard deviendra père à son tour. Nous avons droit à la relation père fils en miroir : Édouard/Lucien et Édouard/Arthur. J’ai trouvé les personnages tous plus attachants les uns que les autres. Ils sont vraiment authentiques. D’abord Edouard, ce comique qui cache tant de blessures et de tristesse au fond de lui. Arthur, ce fils en manque d’amour, d’attention. Et que dire des personnages secondaires, avec une mention spéciale pour Jonathan, notamment à 5 ans, qui m’a fait couler une petite larme, tant je l’ai trouvé touchant, innocent lorsqu’il jure à son frère que ce n’est pas lui qui a pris son objet favori. Fâcheux destin pour ce pauvre petit garçon…

L’écriture d’Amélie est tellement géniale que tu as l’impression qu’elle est là, assise à côté de toi et te raconte cette histoire tout naturellement. La construction même du roman est vraiment intéressante. L’alternance du passé, du présent, les fins de chapitre qui se retrouvent au début des suivants…comme un lien indéfectible entre le passé et le présent. Comme si chacun de ces chapitres n’était jamais réellement une fin en soi… Et puis il y a cette dernière partie à laquelle le lecteur participe. Cette chasse au trésor un peu particulière.Un roman qui se lit facilement et qui nous entraînent immanquablement peut-être dans le labyrinthe de nos souvenirs. Une belle histoire qui nous donne plusieurs heures de plaisir. Une jolie histoire simple qui nous fait vivre l’envers du décor d’un artiste et qui nous fait réfléchir aussi sur les erreurs de parents / enfants que l’on peut commettre.

Et pour conclure:

Un très beau roman, superbement construit qui nous fait passer du rire aux larmes en quelques phrases. Mais, il n’est pas pour autant larmoyant. Cette histoire de deux hommes qui se sont ratés, cette histoire de l’amour d’un père pour son fils, et d’un passé qui a totalement bouleversé le destin d’Edouard. Divisé en deux parties, le livre offre une histoire touchante, bouleversante même parfois et offre une multitude d’émotions.
Un très beau coup de cœur ! Surprenant et tendre : laissez vous prendre au piège.

Et pour le commander:

Publicités

Une réflexion sur “Quand on n’a que l’humour, Amélie Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s